Cycle de conférences organisé par Gabriella Crocco

Inter-disciplines est un séminaire proposé par l’Imera pour réfléchir aux conséquences théoriques du dialogue interdisciplinaire. Des personnalités d’envergure internationale, qui ont travaillé activement à la frontière de deux (ou trois) disciplines présenteront dans une grande conférence un bilan des changements théoriques ou méthodologiques que ce dialogue interdisciplinaire a impulsé et de la dynamique qu’il a déclenchée dans chacune des disciplines .

Les questions qui sous-tendent ce travail sont les suivantes :

Comment les identités disciplinaires changent-elles (ou ont-elles changé) grâce au dialogue interdisciplinaire ? Quelles difficultés ont été rencontrées et comment ont-elles été résolues (le cas échéant) ? Quels sont les concepts clés qui ont rendu le dialogue possible et quelles sont les spécificités irrémédiables de chacune des disciplines ? 

Les deux (ou trois) disciplines en question peuvent être traditionnellement « proches » (mathématiques et physique par exemple) ou relativement éloignées (littérature et mathématique). Nous demandons aux intervenants de présenter leurs réalisations passées à la lumière de la perspective que nous proposons.

Le séminaire est ouvert à tous les collègues des laboratoires et Instituts d’Aix-Marseille et offert en tant que formation doctorale sur ADUM. La grande conférence des collègues invités sera préparée , avec les doctorants, des étudiants de master, des post-docs et tous ceux qui le souhaitent, par la lecture et la discussion de quelque texte préparatoire proposés par les invités. Il s’agit d’articles ou chapitres rédigés par les conférenciers même ou d’extraits d’ouvrages qu’ils jugent avoir été décisifs dans leur cheminement intellectuel.

L’atelier de lecture, dont l’objectif est de préparer la grande conférence en amont avec les doctorants et les masterands, sera conduit par Gabriella Crocco et Fausto Fraisopi, éventuellement en collaboration des collègues AMU spécifiquement sollicités en fonction des questions traitées. 

Frédéric DarbellayL’interdisciplinarité  Qui ? Quoi ?  Comment ? Pourquoi ?

Dans cette deuxième session du cycle 2023-24 Frédéric Darbellay nous propose une analyse des potentialités de l’interdisciplinarité, mais aussi des obstacles qu’elle rencontre. Il met en lumière les relations complexes qu’elle entretient avec les disciplines institutionnalisées :

Mercredi 29 novembre 2023, 15h-18h
(Iméra, salle de réunion du premier étage de la Maison Neuve)

Vers une théorie de l’interdisciplinarité ? Entre unité et diversité

Séminaire et formation doctorale autour de la réflexion de Frédéric Darbellay, organisés par Gabriella Crocco et Fausto Fraisopi (Iméra), Olivier Morizot et Florence Boulc’h (IRES AMU).

L’interdisciplinarité émerge comme une nouvelle direction dans l’évolution de l’enseignement et de la recherche universitaires, révélant à la fois ses potentiels et les défis qui lui font obstacle, tout en exposant les relations complexes qu’elle entretient avec les disciplines établies. Elle est ici envisagée comme un processus d’articulation entre plusieurs disciplines, dépassant la simple agrégation de connaissances hétérogènes. Au lieu de prétendre à une théorie unifiée qui créerait un nouveau paradigme, il est essentiel de reconnaître la diversité des postures épistémologiques qui contribuent à la co-création du processus interdisciplinaire.

Bibliographie

  • Vers une théorie de l’interdisciplinarité? Entre unité et diversité, Frédéric Darbellay, DOI : https://doi.org/10.7202/1007082ar
  • Paradoxe identitaire et interdisciplinarité : un regard sur les identités disciplinaires des chercheurs, Frédéric Darbellay, DOI: 10.1051/nss/2015056

Jeudi 30 novembre 2023, 16h-18h
(Iméra, salle de conférence de la Maison des Astronomes)

Grande Conférence de Frédéric Darbellay :
L’interdisciplinarité : Qui ? Quoi ? Comment ? Pourquoi ?

L’interdisciplinarité est au cœur de nombreux appels à projets nationaux et internationaux, de discours universitaires promotionnels, ainsi de questionnements théoriques et méthodologiques de chercheuses et chercheurs qui font le pari de s’aventurer hors des frontières de leur(s) discipline(s) d’appartenance et de mettre en jeu leurs identités disciplinaires dans un contexte de transformation créative. Cette conférence a pour objectif de s’affranchir de l’utilisation du concept d’interdisciplinarité comme un simple buzzword, en l’envisagent sous les angles complémentaires suivants : quelles sont les caractéristiques des interdisciplinaires (le Qui ?) ; quelle est la définition du concept d’interdisciplinarité (le Quoi ?) ; comment peut se dérouler un processus de recherche interdisciplinaire (le Comment ?) ; et enfin quelles sont les raisons qui motivent le choix d’une approche interdisciplinaire (le Pourquoi ?). 

Frédéric Darbellay est également l’invité d’honneur, dans le cadre du  Conseil pour le développement de l’interdisciplinarité / séminaire formation, de la journée : Interdisciplinarité(s) en action: les défis de la formation, organisée par la Mission Interdisciplinarité(s) et l’École de Développement des Talents.

Biographie

Frédéric Darbellay est Professeur associé à l’Université de Genève (Faculté de Psychologie et des Sciences de l’Éducation), responsable de la Cellule Inter- et Transdisciplinarité au sein du Centre interfacultaire en droits de l’enfant (CIDE), et Directeur adjoint du CIDE. Ses enseignements et ses recherches abordent l’interdisciplinarité dans ses dimensions épistémologique, méthodologique et organisationnelle/institutionnelle. Ses travaux portent sur l’étude de la complexité des questions théoriques et pratiques auxquelles se confrontent aujourd’hui les chercheurs qui travaillent à partir de, entre et au-delà des frontières disciplinaires dans une perspective de découverte, de créativité et d’innovation. Ses terrains de recherche se situent tant dans le champ des sciences humaines et sociales et des sciences de l’éducation que dans celui des sciences de la nature, de la vie et des techniques, ainsi qu’au croisement dialogique entre ces différentes cultures scientifiques. Frédéric Darbellay est auteur et co-auteur de nombreuses publications sur l’approche inter- et transdisciplinaire et il est impliqué de multiples projets académiques et réseaux scientifiques nationaux et internationaux qui implémentent et promeuvent le dialogue et l’intégration entre les disciplines. Il est membre du Scientific Advisory Board du Td-net (Network for Transdisciplinary Research) des Académies Suisses des Sciences, du Bord of Directors de l’Association for Interdisciplinary Studies (AIS) et du Conseil scientifique du Global Research Institute of Paris (GRIP). Il est également membre du Conseil de développement de l’interdisciplinarité (Instance de pilotage stratégique) d’Aix-Marseille Université.

Giuseppe Longo – Les sciences et leurs limites : repenser le numérique, la cognition et la vie

Cycle Inter-disciplines : 1ère session 2023-24
Les sciences et leurs limites : repenser le numérique, la cognition et la vie

Dans cette première session du cycle 2023-24 Giuseppe Longo et Marie Chollat-Namy vous proposent une exploration critique des concepts fondamentaux liés à l’informatique, à la biologie, à la cognition et à l’intelligence artificielle :

Mercredi 11 Octobre, 2023 15h-18h
(Iméra, salle de réunion du premier étage de la Maison Neuve)

Critique de l’idée de calcul et d’information appliqué au vivant et à la cognition

Conférencière : Marie Chollat-Namy, post doctorante de Giuseppe Longo au Centre Cavaillès République des Savoirs École Normale Supérieure, et Vice-présidente de l’Association des Amis de la Génération Thunberg

A l’occasion de ce séminaire, Marie Chollat-Namy reviendra sur l’utilisation fallacieuse des notions d’informations et de calcul en biologie moléculaire, largement repris en neuroscience et dans toutes les dimensions du vivant, du microscopique au macroscopique. Elle présentera notamment la vision info-computationnelle de la cognition humaine et biologique comme calcul guidé par une loi d’optimalité téléologique en lutte permanente contre l’entropie. Après le prétendu décodage du « programme » du vivant, ce paradigme promet le décodage de l’esprit humain et son dépassement par l’intelligence artificielle, non sans conséquences aux niveaux scientifique, philosophique et politique.

A partir de certaines thèses contenues dans l’ouvrage « Le cauchemar de Prométhée : Les Sciences et leurs limites » (Giuseppe Longo 2023), Elle insistera sur les limites des notions d’information, de calcul et d’optimalité appliquées au vivant et à son intelligence, pour proposer ensuite une autre approche anti-entropique et non téléologique, qui intègre la question du sens.

La conférence de Marie Chollat-Namy sera suivie par un débat autour du livre de G. Longo “Le cauchemar de Prométhée : Les Sciences et leurs limites” animé par Gabriella Crocco, Epistémologue, Responsable du programme Explorations interdisciplinaires Iméra, Fausto Fraisopi, Philosophe, Senior Fellows Iméra, Olivier Morizot Physicien, historien des sciences et Florence Boulc’h Chimiste AMU, Co-responsables pour l’IRES, du groupe interdisciplinarité.

Biographie

Marie Chollat-Namy est post doctorante au Centre Cavaillès République des Savoirs École Normale Supérieure dans l’équipe de Giuseppe Longo et Maël Montévil, et Vice-présidente de l’Association des Amis de la Génération Thunberg. Durant son cursus d’ingénieure en science du vivant au sein de l’école Agroparistech, Marie se spécialise dans le domaine de la biologie cellulaire et de la biologie synthétique. Quelque peu déçue par cette jeune discipline riche de promesses mais sans profondeur théorique, elle se réoriente vers l’immuno-oncologie et fait sa thèse de doctorat à l’Institut Gustave Roussy spécialisé dans les sciences du cancer. Face aux problèmes de la science actuelle et à l’absence d’un cadre théorique explicite, elle se réoriente vers la biologie théorique, combinant biologie, philosophie et mathématique. Elle participe activement à l’Association des Amis de la Génération Thunberg, une initiative du philosophe Bernard Stiegler, notamment en animant un groupe de travail sur l’entropie et le vivant.

Bibliographie

  • Marie Chollat-Namy, Giuseppe Longo.   Entropie, Neguentropie et Anti-entropie : le jeu des tensions pour penser le vivant. Invited paper in Entropies, ISTE OpenScience – Published by ISTE Ltd. London, UK, 2022.   (ChollatLongo-entropies.pdf).
  • Marie Chollat-Namy, Maël Montévil. Critique de la vision info-computationnelle de la cognition, pour une approche anti-entropique du vivant. Papier en cours

Jeudi 12 Octobre 16h-18h
(Iméra, salle de conférence de la Maison des Astronomes)

Grande Conférence de Giuseppe Longo : Mythes et limites du numériques – l’intelligence artificielle et la biologie du programme génétique

Cette conférence de Giuseppe Longo présente les thèses fondamentales contenues dans l’ouvrage “ Le cauchemar de Prométhée : Les Sciences et leurs limites ”, paru en 2023 chez PUF. L’ouvrage reprend de façon organique des recherches que Longo mène depuis des décennies, en mettant en œuvre une double ouverture interdisciplinaire.

D’une part, sa réflexion part des mathématiques pour s’ouvrir aux autres sciences (notamment les sciences de l’information et les sciences du vivant). Elle y dénonce avec force une double réduction depuis longtemps à l’œuvre à l’intérieur des savoir “théoriques”. La réduction des mathématiques à un calcul formel privé de sens et la réduction computationnelle et mécaniste du vivant, qui contribue à la perturbation de l’écosystème et aux dérives d’une biologie moléculaire dominante aux principes faux ou vagues et lourde de conséquences.

D’autre part, la méditation de Longo part des rapports entre science, histoire et philosophie pour dénoncer les idéologies et les mythes scientistes qui façonnent notre société et menacent notre vivre ensemble et pour proposer une approche épistémologique novatrice et “alternative” au mainstream, basé sur le concept de limite. A une technoscience devenue toujours plus invasive, la science peut répondre en se donnant elle-même des limites

Avec la mise en demeure de ces visions fallacieuses de notre présent, émerge toute la complexité du vivant (qui ne se réduit pas à des procédés algorithmiques) et du savoir humain (qui ne peut être ramenée à la reconstruction de démarches calculatoires).

La science par la recherche de sens qui l’anime, s’articule ainsi avec la tâche (politiquement) essentielle de développer une communauté humaine consciente des défis vitaux auxquels elle doit faire face et qui soit responsable dans ses agissements.

Biographie

Giuseppe Longo, est directeur de recherche émérite (CNRS), membre du Centre Cavaillès République des Savoirs CNRS, Collège de France & École Normale Supérieure https://www.di.ens.fr/users/longo/.

Il a également été Adjunct Professor à la School of Medicine, Tufts University, Boston, USA, 2013 – 2019.

Mathématicien, il a consacré une grande partie de ses travaux à l’étude des relations entre mathématiques, informatique et physique, et à l’élaboration de concepts théoriques applicables à la biologie. Il a été directeur de 22 thèses de doctorat en Informatique, logique et à l’interface entre physique et biologie. Plus récemment, grâce à de nombreuses collaborations, Longo a comparé l’aléatoire physique (dynamique et quantique) à l’aléatoire algorithmique, enrichi et appliqué la théorie de la criticité, a modélisé les rythmes et le temps protensif biologiques dans des variétés bidimensionnelles. L’analyse de la non-calculabilité en logique et en physique, a permis de discuter l’imprédictibilité en biologie ainsi que la structure théorique de l’évolution. Son projet actuel développe une épistémologie, historiquement documentée, explorant de nouvelles interfaces entre les disciplines et cherchant des alternatives à la nouvelle alliance entre formalisme computationnel et gouvernance de l’homme et de la nature par les algorithmes et par des méthodes d’ “optimalité” prétendument objectives.

Bibiliographie

La bibliographie complète de G. Longo est disponible ici https://www.di.ens.fr/users/longo/download.html

Travaux en relation à la conférence de Longo

* G. Longo.  Letter to Alan Turing.  Invited, in Theory, Culture and Society, Posthumanities Special Issue, 2018:   (Letter-to-Turing.pdf)   (Version  »article », en français, largement revue en collaboration avec Jean Lassègue pour Intellectica, 2020: Longo-Lassegue-Turing.pdf;  

*Giuseppe Longo. The Cognitive Foundations of Mathematics: human gestures in proofs, in Images and Reasoning, (M. Okada et al. eds.), Keio University Press, Tokio, pp. 105-134, 2005: incompl-images.pdf   (version préliminaire en fran,cais, étendue par un texte avec Francis Bailly, in Il pensiero filosofico di Giulio Preti, (Parrini, Scarantino eds.), Guerrini ed associati, Milano, 2004, pp. 305 – 340.    (incompl-incert.pdf))

*Giuseppe Longo.  The reasonable effectiveness of Mathematics and its Cognitive roots.  In Geometries of Nature, Living Systems and Human Cognition   series in « New Interactions of Mathematics with Natural Sciences and Humaties » (L. Boi ed.), World Scientific, pp. 351 – 382, 2005.        (reason-effect.pdf)

* G. Longo.  Des hommes et des machines : comment reconnaitre une caricature ? aux Actes du Colloque « Le travail au XXIème siècle : Droit, techniques, écoumène« , Collège de France, Paris, 26-27 février 2019:   (ReconnaitreCaricature.pdf)  

*G. Longo.  Corrélations artificielles vs intelligence des causes, dans le Livre Blanc Tome 2 « Contribution des outils numériques à la transformation des organisations de santé« , Commission des Affaires Sociales, Assemblée Nationale, Paris, 2019:   (CorrelCauses.pdf)  

Shankar RamanComment écrire les relations entre mathématiques et littérature dans leur histoire ?

Comment écrire les relations entre mathématiques et littérature dans leur histoire ?

Le titulaire de la bourse FIAS 2022-23, Shankar Raman, sera la grand conférencier de la 4ème conférence du cycle Inter-disciplines,

Objectif

Cette formation a pour objectif de présenter les concepts et les méthodes que Shankar Raman a développés pour mettre au jour le rôle de ces alliés improbables (mathématiques et littérature) dans la création de l’état d’esprit de la modernité et révèle une parenté que les sciences humaines et les sciences exactes pourraient aujourd’hui renouveler de manière productive.

Mardi 16 mai de 15h à 18h – Formation doctorale : Constructions mathématiques et construction poétique dans la première modernité : Descartes et Philip Sidney

Adresse : Iméra, Maison des Astronomes 2 place Le Verrier 13004 Marseille

Public cible : Doctorants, Masterands, Enseignants-Chercheur

  • Cette conférence doctorale explorera les liens étroits unissant, dans l’Europe du début des temps modernes, la première science des formes, la géométrie, et le premier art des formes, la poésie.
  • L’auteur cherche à identifier, au cours du XVIe siècle, des corrélations qui témoignent d’une réaction culturelle large et partagée à une tradition grecque héritée, dans laquelle la relation entre la « matière » et la « manière » jouait un rôle fondamental.
  • L’auteur présentera René Descartes et Sidney comme deux figures clés dont les contributions, respectivement, à la théorie et à la pratique des mathématiques et de la poésie, révèlent de manière éclatante la nature de cette réaction et ses implications pour le Sujet des débuts de la modernité et pour le monde qu’ils cherchaient à créer.

Jeudi 17 mai de 16h à 18h: Grande Conférence publique de Shankar Raman : “Specifying the Unknown Thing in Shakespeare’s Merchant of Venice”

Adresse : Iméra, Maison des Astronomes 2 place Le Verrier 13004 Marseille

Ouverte au public

  • Cette conférence publique portera sur la pièce « Le Marchand de Venise » de Shakespeare.
  • Shankar Raman explorera comment l’algèbre peut aider à comprendre les enjeux de cette pièce.
  • Il présentera également ses recherches sur la relation entre la littérature et les mathématiques au début de l’Europe moderne.

Grand conférencier

Shankar Raman est professeur de Littérature. Ses recherches portent sur la littérature et la culture de la fin du Moyen Âge et du début des temps modernes. Il a obtenu son doctorat en littérature anglaise (avec une mineure en allemand) à l’université de Stanford en 1995, changeant de domaine et de carrière après avoir obtenu une maîtrise (U. C. Berkeley) et une licence (MIT) en génie électrique.

Son premier livre, Framing ‘India’ : The Colonial Imaginary in Early Modern Culture (Stanford 2002), étudie la relation entre le colonialisme et la littérature dans l’Europe des XVIe et XVIIe siècles. Il compare les activités coloniales portugaises, anglaises et hollandaises afin d’examiner le rôle de l’Inde en tant que figure à travers laquelle ces diverses puissances européennes s’imaginent et se définissent. Un deuxième livre, Renaissance Literature and Postcolonial Studies, a été récemment publié par Edinburgh University Press (2011). Il est également coéditeur, avec Lowell Gallagher, de Knowing Shakespeare : Senses, Embodiment, Cognition (Palgrave Macmillan 2010). Il travaille actuellement à une monographie sur la relation entre la littérature et les mathématiques au début de l’Europe moderne, intitulée Before the Two Cultures. De 2005 à 2010, il a participé au projet Making Publics : Media, Markets and Associations in Early Modern Europe, 1500 – 1700 [MaPs], une importante initiative de recherche interdisciplinaire de cinq ans financée par le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) du Canada. Le professeur Raman a été titulaire d’une bourse FIAS à l’IMéRA, Université d’Aix-Marseille, à l’automne 2022 et est actuellement à l’Institut d’études avancées de l’Université de Strasbourg.

Avec la collaboration de

  • Gabriella Crocco, Epistémologue, AMU, Directrice du Programme Iméra Explorations interdisciplinaires
  • Fausto Fraisopi, Philosophe, Université de Freiburg, Senior Fellow Iméra.
  • Philippe Abgrall, Historien des mathématiques, CNRS AMU
  • Marie Anglade, Historienne des mathématiques, AMU
  • Jean Yves Briend, Mathématicien, AMU
  • Mathieu Brunet, Historien de la littérature, AMU

Nancy Rose Hunt – Pourquoi la folie ? Vers des nouvelles histoires des Africains, du racisme, de la souffrance et de la « vivacité »

25 et 26 janvier 2023

Titulaire de la chaire de l’agence universitaire de la francophonie (AUF), Nancy Rose Hunt sera la grande conférencière de la 3e rencontre du cycle Inter-disciplines.

Formation Collège doctorale

Mercredi 25 Janvier 15h-18h

📍 Iméra, Maison neuve, 1er étage

Public prioritaire : Doctorants, Masterands, Enseignants-Chercheurs

Objectifs

Comment écrire l’histoire du Congo, de la spectaculaire violence coloniale à la décolonisation? Cette formation a pour objectif de présenter les concepts et les méthodes que le travail historique et anthropologique de Rose Hunt a forgés, dans le dialogue constant avec de grandes figures de l’épistémologie et de l’anthropologie française (Frantz Fanon, Gaston Bachelard, Georges Canguilhem et Michel Foucault) Dans l’Afrique contemporaine et néolibérale, de nouvelles formes de psycho-humanitarisme sont apparues, à côté de la guerre, du viol et du génocide. Les logiques de la santé mentale globale ont tendance à passer à côté des formes vernaculaires et subjectives de la « folie ». Les personnes qui errent délurées dans les rues des villes africaines – « les fous » – demandent une approche ethnographique nouvelles, qui tient compte de la psychiatrie tout en la gardant éloignée et mineure, afin que les lignes quotidiennes de pensée, d’action et de dérision – parfois avec des rêveries – ne soient pas étouffées ou perdues.

Prérequis éventuels

Lecture des articles de Nancy Hunt

1.“Espace, temporalité, et reverie: Écrire l’histoire des futurs au Congo belge,” in special issue, “Politiques de la nostalgie,” eds. Guillaume Lachenal and Assitou Mbodj, Politique Africaine, no. 135 (octobre 2014): 115-36. (https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2014-3-page-115.htm)

2.“Afterlives: A Trajectory and the Curatorial Turn,” the Afterlives Thematic Thread in Allegra Lab: Anthropology for Radical Optimism, 26 May 2020: https://allegralaboratory.net/afterlives-a-trajectory-and-the-curatorial…

Bibliographie:

3.“Interview with Nancy Rose Hunt” on “Affect, Embodiment and Sense Perception,” a Cultural Anthropology curated collection of interviews with authors (Hunt plus Thomas Csordas, Joseph Alter, Lochlann Jain, and Eva Hayward), http://production.culanth.org/curated_collections/16-affect-embodiment-a…, launched 15 March 2013.

4.“An Acoustic Register, Tenacious Images, and Congolese Scenes of Rape and Ruination,” in “Scarred Landscapes and Imperial Debris” Special Issue, edited by Ann Laura Stoler, Cultural Anthropology 23 (2008): 220-53.

Equipe ou intervenant(e)

Nancy Rose Hunt, professeur d’histoire, Université de Floride et professeur émérite d’Histoire, Université du Michigan à Ann Arbor – Titulaire de la chaire AUF Iméra.

Avec la collaboration de :

Sinzo Aanza, écrivain, dramaturge et artiste plasticien congolais, auteur entre autres de Généalogie d’une banalité, (2015), Projet d’attentat contre l’image ? (2017), et Plaidoirie pour vendre le Congo (2020).

Aude Franklin, ATER au CEMS (Centre d’étude des mouvements sociaux,) anthropologue de la violence et des situations d’exil.

Gabriella Crocco, Philosophe, Professeure AMU, Directrice du Programme Iméra Explorations interdisciplinaires.


Pourquoi la folie ? Vers des nouvelles histoires des Africains, du racisme, de la souffrance et de la « vivacité »

Grande conférence de Nancy Rose Hunt

Jeudi 26 Janvier 16h-18h

📍 Iméra, Maison des Astronomes

 » Le jeudi 26 janvier, je parlerai du vaste thème de la folie – non pas de la maladie mentale – mais de la folie dans les histoires de la race, de l’Afrique et des Africains. Mes concepts, utilisés pour présenter plusieurs nouvelles histoires africaines de la folie (Psychiatric Contours, à paraître, 2023), seront présentés. Les enjeux psychiatriques de A nervous states (Hunt 2016) seront également discutés.  De tels concepts et enjeux se retrouvent dans la manière dont j’enseigne l’histoire de la race et de la folie en Amérique du Nord, dans le panorama du 16ème siècle et à l’aide de nombreuses sources d’archives dépouillées  et exploitées par les étudiants. Frantz Fanon est là parmi d’autres figures, ouvrant des angles intimes et insurrectionnels sur une longue durée suggérant l’émergence des catégories propres à la psychiatrie, au travail et aux soins.  Que je demande aux étudiants de sélectionner des sources pourrait surprendre. Pourtant, la signification historique a toujours des dimensions individuelles, et je ne veux pas dicter comment le dérangement, le traumatisme et l’assujettissement peuvent résonner de manière subjective. Dans l’Afrique contemporaine et néolibérale, de nouvelles formes de psycho-humanitarisme sont apparues, à côté de la guerre, du viol et du génocide. Les logiques de la santé mentale globale ont tendance à passer à côté des formes vernaculaires et subjectives de la folie. Les personnes qui errent délurées dans les rues des villes africaines – « les fous » – représentent et permettent la « vivacité ». Et la vivacité, un mot foucaldien, fait partie de mon approche ethnographique, une approche qui tient compte de la psychiatrie tout en la tenant éloignée et mineure, afin que les lignes quotidiennes de pensée, d’action et de dérision – parfois avec des rêveries et afterlives – ne soient pas étouffées ou perdues « . Nancy Rose Hunt.

Bibliographie

1.“Afterlives: A Trajectory and the Curatorial Turn,” the Afterlives Thematic Thread in Allegra Lab: Anthropology for Radical Optimism, 26 May 2020: https://allegralaboratory.net/afterlives-a-trajectory-and-the-curatorial-turn/

2.“Espace, temporalité, et reverie: Écrire l’histoire des futurs au Congo belge,” in special issue, “Politiques de la nostalgie,” eds. Guillaume Lachenal and Assitou Mbodj, Politique Africaine, no. 135 (octobre 2014): 115-36.

3.“Interview with Nancy Rose Hunt” on “Affect, Embodiment and Sense Perception,” a Cultural Anthropology curated collection of interviews with authors (Hunt plus Thomas Csordas, Joseph Alter, Lochlann Jain, and Eva Hayward),

            http://production.culanth.org/curated_collections/16-affect-embodiment-and-sense-perception, launched 15 March 2013.

4.“An Acoustic Register, Tenacious Images, and Congolese Scenes of Rape and Ruination,” in “Scarred Landscapes and Imperial Debris” Special Issue, edited by Ann Laura Stoler, Cultural Anthropology 23 (2008): 220-53.


Biographie

Nancy Rose Hunt s’est rendue en Afrique dans le cadre de ses études et de ses recherches, et grâce aux bourses Fulbright, SSRC et Guggenheim, depuis 1975-76 (Ghana), 1984-85 (Burundi), 1989-90 (Kisangani, Zaïre), 1999-2001 (Accra, Ghana), 2000-01 (Mbandaka, RDC), 2007 (Kinshasa) et 2018-19 (Bukavu, RDC). Historienne ethnographique de la médecine, ses intérêts de recherche sont passés des questions de reproduction à la violence, au suicide et à la guérison vernaculaire de la nervosité dans les années 2010. Elle combine des concepts et des méthodes issus de l’anthropologie, de l’ethnographie et de l’histoire, et a été pendant dix-neuf ans professeure d’histoire au Michigan (Ann Arbor), notamment dans le cadre de son programme unique de doctorat conjoint en anthropologie et en histoire. Le fait qu’elle – historienne de l’accouchement – ait également été professeure d’obstétrique et de gynécologie au Michigan montre jusqu’où peut aller l’interdisciplinarité, lorsque des esprits visionnaires réfléchissent profondément à la valeur éducative du croisement des disciplines et des formations professionnelles avec un brin de folie.

Pier Luigi Gentili – Enquête interdisciplinaire sur les systèmes complexes

9-10 novembre 2022

Pier Luigi Gentili : Professeur de chimie physique, systèmes complexes, Université de Pérouse

Département de chimie, biologie et biotechnologie, Università degli Studi di Perugia, Pérouse, Italie. E-mail : pierluigi.gentili@unipg.it

ENQUÊTE INTERDISCIPLINAIRE SUR LES SYSTÈMES COMPLEXES

Résumé

Après plus de deux mille ans d’enquête philosophique et trois cents ans d’utilisation rigoureuse et systématique des expériences, la connaissance des lois naturelles a considérablement progressé, comme en témoignent les réalisations technologiques étonnantes. Néanmoins, nous rencontrons encore des limites importantes dans nos tentatives de décrire de manière exhaustive des systèmes tels que le climat, les êtres vivants, le cerveau humain, le système immunitaire humain, les écosystèmes terrestres. Ce sont des exemples de systèmes complexes. Apparemment, ils sont très divers. Ils sont traditionnellement étudiés par des disciplines bien distinctes. Au cours des quarante dernières années environ, une enquête interdisciplinaire axée sur les systèmes complexes a commencé. De nouvelles connaissances scientifiques émergent, que l’on peut appeler la science de la complexité. Cette nouvelle science met en évidence les caractéristiques communes des systèmes complexes, c’est-à-dire leur ontologie. Mais en même temps, elle les analyse d’un point de vue épistémologique, car elle cherche à déterminer et à surmonter au moins certains des obstacles qui entravent la description et la prédiction du comportement des systèmes complexes.

Une analyse plus approfondie des systèmes complexes est sans aucun doute nécessaire pour donner de nouvelles pistes et outils à l’humanité, incitée à relever les défis mondiaux.

Références

  1. Gentili, P. L. « Untangling Complex Systems: A Grand Challenge for Science », CRC Press, Taylor & Francis Group, Boca Raton (FL, USA), 2018.
  2. Krakauer, D. C., éd. « Worlds Hidden in Plain Sight: The Evolving Idea of Complexity at the Santa Fe Institute », 1984-2019. Santa Fe, NM: SFI Press, 2019.
  3. Gentili, P.L. « Why is Complexity Science valuable for reaching the goals of the UN 2030 Agenda?. » Rend. Fis. Acc. Lincei 32, 117–134 (2021). https://doi.org/10.1007/s12210-020-00972-0

Biographie

Pier Luigi Gentili est professeur de chimie physique à l’Université de Pérouse (Italie). Il a obtenu son doctorat en chimie à l’Université de Pérouse en 2004. Ses activités de recherche et d’enseignement sont axées sur les systèmes complexes. Il est l’auteur du livre intitulé « Untangling Complex Systems: A Grand Challenge for Science » (CRC Press, Taylor & Francis Group, 2018), une étude interdisciplinaire des systèmes complexes. Il fait confiance à la recherche en calcul naturel pour aborder la complexité d’un point de vue ontologique et épistémologique. Conscient que la matière inanimée est gouvernée par des champs de force, tandis que les interactions entre les systèmes biologiques sont également basées sur l’information, Gentili se pose des questions telles que les suivantes : « Quand un système chimique devient-il intelligent ? » Est-il possible de développer une « intelligence artificielle chimique » ? Pour le développement de l’intelligence artificielle chimique, Pier Luigi Gentili trace une nouvelle voie dans l’ingénierie neuromorphique en utilisant des systèmes chimiques non linéaires et en codant l’information principalement à travers des signaux UV-visibles. De plus, il propose des méthodes de traitement de la logique floue par la chimie moléculaire, supramoléculaire et systémique. Il est l’éditeur du livre intitulé « The Fuzziness in Molecular, Supramolecular, and Systems Chemistry » publié par MDPI en 2020.

Il collabore et a acquis une expérience de travail dans de nombreux laboratoires, par exemple le « Groupe de photochimie et photophysique » de l’Université de Pérouse (Italie), le « Groupe de dynamique non linéaire » de l’Université Brandeis (USA), le « Laboratoire européen de spectroscopie non linéaire » à Florence (Italie), le « Centre pour les sciences photochimiques » de l’Université Bowling Green State (USA), le « Laboratoire de chimie computationnelle et de photochimie » de l’Université de Sienne (Italie). Il a été professeur invité à l’University College de Londres (Royaume-Uni) à deux reprises (en 2013 et 2014) et à l’Université Paul Sabatier-Toulouse III (France) cinq fois (de 2015 à 2019) dans le cadre des programmes d’enseignement Erasmus. Il a promu un accord Erasmus avec l’Université de Bielefeld (Allemagne).

Plus d’informations

• Site web : http://www.dcbb.unipg.it/pierluigi

• Chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCHqn3EsuAKBA3vVT3Z5XSOA

• Twitter : @Pier_Complexity

• ResearcherID : F-3958-2012

• ORCID : http://orcid.org/0000-0003-1092-9190

• Identifiant auteur Scopus : 7006236658

• Facebook : https://www.facebook.com/pierluigi.gentili.984

• LinkedIn : https://www.linkedin.com/in/pier-luigi-gentili-51385737/

Giuseppe Longo Qu’est-ce que l’approche numérique de l’intelligence artificielle et de la biologie doivent retenir du débat sur les fondements des mathématiques?

21-22 Septembre 2022

Giuseppe Longo 

(Émérite ENS Paris) 

 

22 Septembre 2022 à l’Iméra 16h-18 

Disciplines concernées: Informatique, Mathématique, Biologie, Philosophie, Sciences cognitives

Résumé

Les mathématiques sont abstraites, symboliques, rigoureuses … Les philosophies formalistes ont réduit ces trois notions différentes et difficiles à une seule : le formel. Les mathématiques seraient alors un calcul sur des signes sans signification. Cette réduction a eu des conséquences remarquables. D’une part, l’abstraction et la rigueur des formalismes ont permis l’invention d’une machine logique de calcul (la machine de Turing) qui a contribué à révolutionner le monde. D’autre part, la superposition de l’intelligible mathématique sur le mécanisable a contribué à une vision scientiste du monde dépourvue de sens et même de rigueur. Elle a notamment façonné une vision mécaniste du vivant, qui contribue à la perturbation de l’écosystème et aux dérives d’une biologie moléculaire dominante aux principes faux ou vagues et aux lourdes conséquences. A la frontière entre mathématiques, logique, informatique, et biologie cette conférence présentera une conception des mathématiques, cherchant à réaffirmer l’importance du sens dans leur pratique. 

Biographie

Mathématicien, Giuseppe Longo a consacré une grande partie de ses travaux à l’étude des relations entre mathématiques, informatique et physique, et à l’élaboration de concepts théoriques applicables à la biologie. Il a été directeur de 22 thèses en Informatique, logique et à l’interface entre physique et  biologie. Plus récemment, grâce à de nombreuses collaborations, Longo a comparé l’aléatoire physique (dynamique et quantique) à l’aléatoire algorithmique, enrichi et appliqué la théorie de la criticité, a modélisé les rythmes et le temps protensif biologiques dans des variétés bidimensionnelles. L’analyse de la non-calculabilité en logique et en physique, a permis de discuter l’imprédictibilité en biologie ainsi que la structure théorique de l’évolution.
Son projet actuel développe une épistémologie, historiquement documentée, explorant de nouvelles interfaces entre les disciplines et en cherchant des alternatives à la nouvelle alliance entre formalisme computationnel et gouvernance de l’homme et de la nature par les algorithmes et par des méthodes d’ “optimalité” prétendument objectives.

Atelier de lecture, animé par Gabriella Crocco Responsable du programme explorations interdisciplinaires à l’Iméra et Fausto Fraisopi chercheur en résidence multiannuelle, Iméra.

L’atelier aura lieu le 21 septembre de 15h à 18h

Les textes proposés à la lecture sont les suivants:

* G. Longo.  Des hommes et des machines : comment reconnaitre une caricature ? aux Actes du Colloque « Le travail au XXIème siècle : Droit, techniques, écoumène », Collège de France, Paris, 26-27 février 2019:   (ReconnaitreCaricature.pdf)  

*G. Longo.  Corrélations artificielles vs intelligence des causes, dans le Livre Blanc Tome 2 « Contribution des outils numériques à la transformation des organisations de santé », Commission des Affaires Sociales, Assemblée Nationale, Paris, 2019:   (CorrelCauses.pdf)   

* G. Longo.  Letter to Alan Turing.  Invited, in Theory, Culture and Society, Posthumanities Special Issue, 2018:   (Letter-to-Turing.pdf)   (Version  »article », en français, largement revue en collaboration avec Jean Lassègue pour Intellectica, 2020: Longo-Lassegue-Turing.pdf;   originale in italiano: Lettera-a-TuringIt.pdf;   con un’introduzione in inglese: Lettera-a-Turing.pdf;   auf Deutsch, « Inhalt » Internationales Jahrbuch für Medienphilosophie, De Gruyter, vol. 6, no. 1, 2020, pp. V-VIII: Brief-an-Alan-Turing.pdf

*Giuseppe Longo. The Cognitive Foundations of Mathematics: human gestures in proofs, in Images and Reasoning, (M. Okada et al. eds.), Keio University Press, Tokio, pp. 105-134, 2005: incompl-images.pdf   (version préliminaire en fran,cais, étendue par un texte avec Francis Bailly, in Il pensiero filosofico di Giulio Preti, (Parrini, Scarantino eds.), Guerrini ed associati, Milano, 2004, pp. 305 – 340.    (incompl-incert.pdf))

*Giuseppe Longo.  The reasonable effectiveness of Mathematics and its Cognitive roots.  In Geometries of Nature, Living Systems and Human Cognition   series in « New Interactions of Mathematics with Natural Sciences and Humaties » (L. Boi ed.), World Scientific, pp. 351 – 382, 2005.        (reason-effect.pdf

La bibliographie complète de G. Longo est disponible ici https://www.di.ens.fr/users/longo/download.html

Marc Conesa et Julien MaryThéorie et pratique du dialogue interdisciplinaire intersectoriel

Dans cette troisième session du cycle 2023-24 Marc Conesa et Julien Mary mettent en avant l’importance des phases d’incubation pour la réussite des projets de recherche interdisciplinaires, soulignant la nécessité de coconstruire un questionnement et des problématiques partagées ainsi qu’un système de coopération efficace. Ils examinent aussi les obstacles rencontrés et les solutions trouvées, mettant en lumière une nouvelle cartographie des sciences émergeant de ces initiatives interdisciplinaires :

Mercredi 13 mars

Le Groupe Interdisciplinaire sur l’Électricité Atmosphérique Naturelle (GIEAN) : Retour sur une expérience interdisciplinaire radicale

Séminaire et formation doctorale autour de la réflexion de Marc Conesa et Julien Mary, animé par Gabriella Crocco (Iméra), Olivier Morizot et Florence Boulc’h (IRES, AMU).

Cette séance du séminaire et de formation doctorale se focalisera sur l’analyse de l’article de Marc Conesa et Julien Mary donnant son nom à la séance, dont l’objet est de mettre en valeur d’une part les facteurs de blocages, d’autre part les apports heuristiques et épistémologiques du projet Groupe Interdisciplinaire sur l’Électricité Atmosphérique Naturelle (GIEAN). Un projet auquel l’un des deux auteurs a participé en tant que coordinateur et chercheur, et l’autre comme accompagnateur pour la MSH SUD, au sein de laquelle le projet a eu l’occasion de se développer.

Cet article examine d’abord la genèse du projet et les premières rencontres entre chercheurs et praticiens en histoire, archéologie, géologie, physique et médecine. Puis, sa formalisation institutionnelle et la construction d’objets d’étude communs par des disciplines manifestement caractérisées par des temporalités de recherche différentes. Des disciplines également traversées par des impensés implicites de leur hiérarchisation, qui révèleront des régimes de vérité et d’administration de la preuve scientifique différents, sans être opposés. En conclusion, le texte interroge les effets pluriels de l’interdisciplinarité sur le projet, les disciplines, les chercheurs, mais aussi la structure de recherche qui a accompagné le projet.

Enfin, de bout en bout ce texte fait le choix de rester centré sur les rencontres et pratiques interdisciplinaires, car si les résultats d’un projet de recherche financé sont le plus souvent publiés, les démarches, les blocages, les préjugés implicites et les apports épistémologiques sont quant à eux rarement interrogés et valorisés. Or, faire de la science, n’est-ce pas aussi savoir transmettre en s’interrogeant sur ce qui est transmis ?

Jeudi 14 mars

L’interdisciplinarité intersectorielle en pratiques : Retour sur l’expérience de la MSH SUD et du projet GIEAN

Marc Conesa et Julien Mary

Marc Conesa est maître de conférences en histoire moderne au Centre de Recherches Interdisciplinaires en Sciences humaines et Sociales de Montpellier.

Julien Mary est ingénieur de recherche au CNRS et historien contemporanéiste à la Maison des Sciences de l’Homme « Les Sciences Unies pour un autre Développement » (MSH SUD), où il accompagne l’incubation de projets de recherches interdisciplinaires.

Les phases d’incubation de la recherche interdisciplinaire sont d’autant plus essentielles à la réussite de tels projets que ceux-ci associent des chercheurs de disciplines différentes, et parfois même des acteurs de terrain, évoluant dans des registres de discours et de pratiques hétérogènes. Il est nécessaire cependant de conduire ces acteurs, en amont du projet, à coconstruire un questionnement et des problématiques partagées, ainsi qu’un système de coopération efficace et équitable. C’est pourquoi la MSH SUD porte son effort sur l’accompagnement de projet de recherches interdisciplinaires naissants, par la mise en relation de chercheurs de différentes disciplines, par l’accompagnement méthodologique, par l’octroi d’un budget d’amorçage, par l’animation scientifique, par la formation et par la prospective.

Cet accompagnement sera ici illustré par le projet « Groupe Interdisciplinaire sur l’Électricité Atmosphérique Naturelle » (GIEAN), exemplaire pour son interdisciplinarité large et par la difficulté à le faire entrer dans les cadres de soutien conventionnels. L’objet original de ce projet est de comprendre dans la longue durée la formation et les effets de nanocomposites dans l’atmosphère. Les disciplines qui y sont engagées relèvent ainsi des sciences humaines (histoire, archéologie), des sciences de la nature (géologie, sciences physiques des matériaux) et de la médecine.

Cette présentation s’efforcera donc de rendre compte des situations de blocage et des difficultés rencontrées pour la mise en place d’un tel projet. Puis de mettre en lumière ce qui a permis un tressage interdisciplinaire dépassant les simples invocations, notamment par un examen de la pratique de terrain. Enfin s’agira-t-il de souligner la nouvelle cartographie des sciences apparue au fil de ce projet, par l’analyse des virages qu’y ont amorcés l’histoire et la médecine notamment.

La morphogenèse, aux frontières de la biologie, de la physique et des mathématiques avec Thomas Lecuit


« Qu’est-ce que la vie ? La vie semble être une évidence, mais demeure insaisissable. Est- ce une substance, une structure, un processus ? Pour Henri Bergson, « la vie est une évolution » ; « le corps change de forme à tout instant. [..] Ce qui est réel, c’est le changement continuel de forme : la forme n’est qu’un instantané pris sur une transition ».
Ces mots soulignent une propriété centrale du vivant, à savoir une puissance interne de transformation, de mouvement et d’évolution, une dynamique propre. Ils posent aussi deux redoutables questions : quelle est l’origine de cette dynamique ? Comment penser l’ordre et la permanence des formes vivantes, la nôtre en particulier, au regard des dynamiques qui caractérisent leur développement, leur organisation sans cesse renouvelée et leur histoire ?

Ainsi, les espèces biologiques, longtemps pensées selon un schéma fixiste, se transforment et évoluent sur des millions d’années. L’être humain renouvelle la plupart de ses cellules non neuronales en moins de dix ans, certains organes comme l’intestin en cinq jours. Chaque cellule remplace la plupart de ses constituants moléculaires en quelques heures, enfin chaque organelle cellulaire renouvelle ses composants en quelques minutes ou secondes. Comment l’organisme et toute structure biologique gardent-ils un état physiologique constant, une homéostasie ? D’où vient la géométrie stable du vivant dès lors qu’« un courant de matières […] traverse continuellement l’organisme et le renouvelle dans sa substance », comme le dit si bien Claude Bernard ? Comment l’ordre biologique émerge-t-il du chaos présent à l’échelle moléculaire
Les innovations révolutionnaires en microscopie des vingt dernières années ont mis en lumière l’ampleur insoupçonnée de ces dynamiques, et, comme nous le verrons, donnent à comprendre à nouveaux frais la spécificité de la matière vivante et de son auto-organisation complexe. […] La vie déploie ses formes dynamiques dans un entre-deux : d’un côté, le monde stochastique des interactions moléculaires sans lesquelles la vie ne serait pas et des mutations sans lesquelles la vie ne serait qu’une morne et éternelle répétition ; de l’autre, le monde déterministe des lois physiques et des lois génétiques, sans lesquelles il n’y aurait pas d’ordre. Entre les deux, la vie se révèle fragile mais certaine, créatrice et – ne faut-il pas s’en réjouir ? – imprévisible aussi.  » (Thomas Lecuit, Leçon inaugurale au Collège de France).


Mercredi 12 juin

Dynamiques du vivant
Séminaire et formation doctorale autour de la réflexion de Thomas Lecuit (Collège doctoral ADUM), animé par Gabriella Crocco (Iméra), Olivier Morizot et Florence Boulc’h (IRES, AMU).


Cette séance du séminaire du cycle Inter-disciplines et de formation doctorale se focalisera sur l’analyse de l’article Thomas Lecuit qui explore les principes sous-jacents à la morphogénèse et à l’organisation spatiale des tissus biologiques, dans lequel il met en lumière l’importance des interactions mécaniques entre les cellules et leur environnement dans la régulation des processus de développement. Lecuit examine également comment les mécanismes cellulaires et moléculaires participent à la génération de formes et de structures anatomiques complexes.
Enfin, de bout en bout ce texte fait le choix de rester centré sur les rencontres et pratiques interdisciplinaires, car si les résultats d’un projet de recherche financé sont le plus souvent publiés, les démarches, les blocages, les préjugés implicites et les apports épistémologiques sont quant à eux rarement interrogés et valorisés. Or, faire de la science, n’est-ce pas aussi savoir transmettre en s’interrogeant sur ce qui est transmis ?

Jeudi 13 Juin


Grande conférence de Thomas Lecuit
La morphogenèse, aux frontières de la biologie, de la physique et des mathématiques

Dans ce quatrième séminaire du cycle Inter-disciplines, Thomas Lecuit, biologiste, abordera le concept de morphogène théorisé d’abord par Alan Turing et développé par des chercheurs comme Francis Crick et Christiane Nüsslein-Volhard. Par le biais d’approches multidisciplinaires, incluant la biologie du développement, la biophysique et la modélisation mathématique, il cherche à élucider les principes fondamentaux qui sous-tendent la coordination spatiale et temporelle des cellules lors de la mise en place des structures anatomiques. En outre, il discutera des modèles d’auto-organisation, en mettant en lumière comment des structures complexes émergent de simples règles locales d’interaction.
Biographie Thomas Lecuit
Ancien élève de l’ENS et membre de l’Académie des sciences, Thomas Lecuit est actuellement directeur du Centre Turing pour les systèmes vivants situé à Marseille, un centre interdisciplinaire qui étudie la complexité et l’auto-organisation en biologie, grâce à la contribution de la physique, de l’informatique, des mathématiques et de la biologie. Il est de plus titulaire d’une chaire consacrée aux Dynamiques du vivant au sein du Collège de France depuis 2016.
Thomas Lecuit est un biologiste dont les recherches portent sur la morphogenèse c’est-à-dire l’origine des formes dans le vivant, comme celle d’un neurone ou d’un embryon. Au cours de l’embryogenèse, des millions de cellules se divisent, se déplacent, changent de forme et collectivement donnent naissance à un organisme complexe. Quelles sont les forces mécaniques en jeu, et quels flux d’information guident ces processus complexes vers leur terme ? Pour répondre à ces questions, Thomas Lecuit utilise la drosophile comme organisme modèle, observe, caractérise et perturbe par des approches expérimentales les propriétés physiques et biologiques du développement, et développe en collaboration avec des physiciens et des informaticiens des approches théoriques de ces comportements.


Bibliographie


LECUIT, Thomas. Dynamiques du vivant : Leçon inaugurale prononcée le jeudi 27 avril 2017. Nouvelle édition [en ligne]. Paris : Collège de France, 2018 (généré le 08 avril 2024). Disponible sur Internet : https://books.openedition.org/cdf/5781. ISBN : 978-2-7226-0491-9. DOI : https://doi.org/10.4000/books.cdf.5781.

Vous pouvez télécharger cette leçon ici.